Comment est-ce qu’un auteur sait combien d’exemplaires il a vendus ? Il n’en sait rien, il doit se fier à ce que lui dit son éditeur. Comment est-ce que l’éditeur sait combien d’exemplaires un livre a vendus ? Pour connaître le chiffre exact, il doit attendre un an.

Voilà comment ça se passe. Les palettes/caisses/containers de livres fraîchement imprimés vont de l’imprimeur au distributeur et du distributeur aux libraires. Le libraire les sort des caisses. Ou pas. Le libraire le met en avant, en parle aux clients, invite l’auteur pour une séance de dédicace. Ou pas.

Un an se passe.

Après un an, si jamais il reste l’un ou l’autre exemplaire invendu le libraire renvoie les invendus au distributeur. Nombre d’exemplaires imprimés moins les invendus = à la grosse louche : nombre d’exemplaires vendus. Ce calcul simpliste ne tient pas compte des services de presse et des exemplaires d’auteur.

C’est donc après un an que l’éditeur (et l’auteur) savent combien d’exemplaires ont été vendus. C’est le doux moment où l’auteur sait combien de millions d’euros il va toucher en droits d’auteur. Mon conseil : travailler avec une avance de l’éditeur.

ACHTUNG : Le chiffre de ventes que l’éditeur aime voir : beaucoup. Le chiffre de ventes qu’un éditeur mal luné peut avoir envie de soumettre à l’auteur : beaucoup moins.